Trains paralysés: la crise s’aggrave d’heure en heure et ça pourrait encore «dégénérer»

Alors que la tension grimpe de plus en plus en raison du blocage du réseau ferroviaire, le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, a mis les autorités en garde contre une intervention policière, car il craint que la situation puisse “dégénérer”.

C’est lors d’un point de presse présenté vendredi à l’Assemblée nationale que le chef de l’APNQL s’est montré très clair quant à la situation en cours: “Cette année, ça fait 30 ans depuis la crise d’Oka. On sait comment on peut faciliter et encourager l’escalade et, dans ce cas-ci, s’il y a une intervention forcée […] c’est très possible que ça puisse dégénérer”.

Lire la suite sur Ayoye Global
Loading...